Point Rouge Gallery
 

21 rue Carnot - Saint-Rémy-de-Provence
Tel : 33 (0) 490 211 961

  • Facebook Clean

Bernard COPEAUX

ssinés, très graphiques, qui évoluent dans un monde inquiétant ou poétique. La première singularité de Marcel Arnould est ce rapport entre le dessin très libre et une peinture très ancrée, très matiériste.
 
L’artiste lève d’ailleurs lui-même le voile ; il voulait être dessinateur de BD. Les contraintes formelles l’ont éloigné de cette voie. Cela ne l’empêche pas de placer la barre  très haut en s’imposant ses propres contraintes. Diplômé des Beaux-Arts, Marcel Arnould passe d’abord par une période d’exploration d’autres voies artistiques. Il s’accorde du temps avant de décider de montrer son travail et de le diffuser.
 
D’emblée, ce voyageur de l’imaginaire  évite le piège du dessin joli ou académique et développe sa propre écriture graphique, narrative, poétique, empreinte d’humour, de légèreté ou de gravité. Pour autant, il n’est ni dans l’art naïf, ni dans l’art brut, mais plutôt dans le registre d’un art singulier savant, où derrière la première phase d’une écriture automatique se met en place une construction très élaborée. La spontanéité du dessin s’inscrit en fin de compte dans une composition longuement mûrie même si Marcel Arnould se dit en quête de l’accident. Il lui arrive de construire son tableau à partir d’un élément central … qu’il peut être amené à supprimer si, in fine, la toile ne « tient «  pas.  « l’histoire ne se termine pas toujours comme je le souhaite,  il m’arrive d’être dépassé par mon geste «  dit-il joliment. Cette fausse spontanéité est accentuée par le « flottement » des formes défragmentées de ses petits personnages qui évoluent dans un espace ouvert.  Son dessin est sa matière et sa manière de raconter des histoires qui traversent le temps.

Par Brigitte Camus,
auteur de "Buffet ou la psychanalyse en signature " 
Éditions de l’Épure - 2007

"J'aime à développer une dynamique au niveau du trait, le traquer, tenter de
le dégager de mes propes automatismes, le confronter à des matières, des
supports différents, faire parler le non-dit, me laisser guider par l'outil, le ma-
tériau afin qu'il s'exprime. Il y a un côté ludique à tout cela. Se surprendre, se faire plaisir, c'est aussi un moyen d'avancer. "
 

                                                                 Marcel ARNOULD