Point Rouge Gallery
 

21 rue Carnot - Saint-Rémy-de-Provence
Tel : 33 (0) 490 211 961

  • Facebook Clean

Jean-Christophe BALLOT

Sensible aux masses, aux surfaces, aux plans successifs qui s'étagent dans l'espace, le regard trouve une réponse plastique aux propositions urbaines que la ville fait aux photographes. JC Ballot reprend à son compte la définition que Le Corbusier donnait de l'architecture : "le jeu savant des volumes sous la lumière". Par le choix de ses sujets et par le traitement qu'il en fait, le photographe théâtralise le paysage urbain, il devient le décor d'une pièce de théâtre, ou de la séquence d'un film.
Le plan-photo porte en lui la dramaturgie d'une histoire qui va se jouer. C'est l'instant avant que l'acteur n'entre dans le plan.
C'est donc le corpus répondant à cette seconde approche que le commissaire et l'artiste ont choisi de présenter à Paris.
Ils pensent que la première partie peut intéresser les habitants de la ville et les professionnels : architecte, urbanistes, aménageurs... mais les parisiens ?
Tandis que la seconde par ses réponses formelles porte en elles certains archétypes qui circulent dans l'imaginaire collectif. Que chaque lecteur des images présentées puisse s'y projeter, investissant par l'esprit l'espace qui lui est proposé.
 
« Sans savoir précisément de quoi et de qui il s'agit, troublés, nous imaginons Auguste Rodin et Mondrian, deux manières de concevoir le réel, de comprendre et de saisir l'espace. L'espace ou plutôt les espaces, leurs oppositions, leurs tensions, leurs comportements, leurs mystères, leurs lumières, leurs rythmes qui sont le sujet majeur de l'œuvre de Jean-Christophe Ballot. Si la plupart de ses photographies sont « vidées » d'individus, si nous éprouvons ce travail du vide entre un plan et un autre, dans une fenêtre ou une lueur au fond d'une chambre, c'est pour d’autant mieux s'y projeter. »
 
Olivier Kaeppelin, extrait de la préface de l’ouvrage « Divinatoire » aux éditions Filigranes.


 

Le travail de Jean-Christophe Ballot a été réalisé dans le cadre d'une résidence d'artiste organisée avec le soutient du Musée de la photographie, de la ville et de l'Institut Français de Thessalonique en 2013